La maîtrise de la qualité de l’air intérieur pour lutter contre la COVID-19

Le 9 juillet 2021, le Ministère des Solidarités et de la Santé publie une nouvelle directive stratégique à destination des établissements recevant du public (ERP) en période d’épidémie de Covid-19.


Dans le contexte de l’épidémie et en complément des mesures barrières, la maîtrise de la qualité de l’air intérieur (QAI) des locaux constitue un élément essentiel de prévention afin de réduire le risque de transmission du SARS-CoV-2 auprès des gestionnaires d’ERP.


Renouvellement de l’air intérieur par apport d’air neuf extérieur


Au sein des bâtiments, le renouvellement de l’air et l’évacuation des pollutions et de l’humidité, sont assurés indique le Ministère de la Santé et de la Solidarité par une aération donnant sur l’extérieur; une ventilation naturelle par grilles d’aération ; une ventilation mécanique contrôlée (VMC); une ventilation/aération par insufflation d’air neuf ou extraction d’air, ainsi que par une centrale de traitement d’air (CTA). Dans les ERP, la surveillance de la qualité du renouvellement de l’air peut s’apprécier par des mesures régulières et recommandées du CO2 indique le Ministère de la Santé et de la Solidarité.

Les méfaits du CO₂



Si le CO₂ est un gaz présent dans l’air et inoffensif à basse concentration il peut avoir des effets dangereux, voire mortel (perte de conscience, asphyxie) quand les concentrations dans l’air dépassent 5 ou 8%. Le lien a été établi entre le taux de CO2 dans une pièce qui indique la quantité d'air exhalé par les personnes et potentiellement, la quantité d'aérosols en suspension contenant le Covid-19. Dans la mise en place de mesure, l’utilisateur positionne le détecteur de CO2 à une hauteur de 1 m à 2 m, à distance des fenêtres, portes, entrées et sorties d’air. Il s’assure de ne pas placer le capteur à proximité immédiate de la bouche d’une personne ou d’une source intense de chaleur (chauffage).

Le recours aux épurateurs d'air


En cas de renouvellement de l’air insuffisant dans un local, « un épurateur d'air pourrait être utilisé, après une étude technique préalable, dans l'attente de la mise en conformité des installations d'aération/ventilation » indique le Ministère des Solidarités et de la Santé. Dans le cas d’utilisation d’unités mobiles d’épurateur d’air, le Ministère des Solidarités et de la Santé recommande :

  • de n’implanter que des unités mobiles de purification d’air par filtration HEPA H13 ou H14.

  • de ne pas avoir recours à des appareils utilisant des traitements physico-chimiques de l’air (catalyse, photocatalyse, désinfection par UV, plasma, ozonation, charbon actif).

  • de prévoir, pour chaque implantation d’unités mobiles d’épurateur d’air dans un lieu donné, une étude technique de faisabilité préalable par une personne qualifiée ou par le fournisseur industriel.


La « solution EOLIA » apportée aux gérants et exploitants d’ERP dans la maîtrise de la qualité de l’air intérieur


EOLIA reste à votre service pour vous apporter une solution adaptée à votre situation que ce soit dans un contexte d’urgence, ou par prévention, nos équipes restent à votre écoute. Pour toutes demandes d’informations, contactez-nous.